Orientation: le service public régional généralisé le 1er janvier 2015, une amélioration majeure pour les usagers

François Bonneau, président de la Région Centre et de la Commission Education de l’ARF, a signé le 28 novembre 2014 au nom des Régions l’accord-cadre sur le service public régional de l’orientation (SPRO), avec les ministres de l’Education nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, Najat Vallaud-Belkacem, et de la Jeunesse, des Sports et de la Ville, Patrick Kanner.

Le SPRO, institué par la loi du 5 mars 2014  sur la formation professionnelle, vise à « offrir aux usagers un meilleur service, en mettant leur intérêt au cœur même du dispositif », a salué François Bonneau lors de la signature sur l’agora Onisep au Salon  européen de l’Education.

Les citoyens venus témoigner de leurs difficultés ont apprécié. « Aujourd’hui l’orientation c’est un calvaire pour les jeunes », a remarqué l’un d’eux. Entre les dizaines, voire les centaines d’organismes spécialisés, les jeunes ne savent souvent pas où aller.

Pas plus de deux portes à pousser

« Pour les Régions, c’est une nouvelle responsabilité. L’enjeu n’est pas de se substituer aux acteurs existants mais de créer les conditions de leur mise en réseau effective. La valeur ajoutée attendue est de mieux prendre en compte les besoins de l’usager: pas plus de 2 portes à pousser quelle que soit la structure à laquelle il s’adresse », a expliqué le président de la Commission Education de l’ARF.

Le service public régional ambitionne par ailleurs de donner plus de visibilité à l’offre de conseil en orientation tout au long de la vie, et faire vivre le conseil en évolution professionnelle (CEP) créé par la loi du 5 mars 2014.

Avant sa généralisation à l’ensemble des Régions, le SPRO a été expérimenté depuis un an dans 8 Régions (Auvergne, Aquitaine, Bretagne, Centre, Limousin, Pays de Loire, Poitou-Charentes et Rhône-Alpes) et 9 Académies. Cette préfiguration s’est mise en place en région selon des modalités non uniformes, adaptées au contexte, à l’histoire récente et à la volonté des partenaires. « C’est une bonne illustration de ce qu’est la décentralisation », a souligné François Bonneau, saluant une « collaboration exemplaire entre les services de l’Etat, l’ARF et les Régions ».

L’ARF va maintenant s’attacher à capitaliser sur ces expérimentations, pour faciliter la généralisation à toutes les Régions dès le 1er janvier prochain. Pour ce faire une convention-type est annexée à l’accord-cadre.

Communiqué de presse

Fiche de présentation

Accord cadre national