25 propositions des Régions pour relancer l’apprentissage

Les Régions se mobilisent pour relancer l’apprentissage. A l’occasion des Assises du 19 septembre 2014 autour du président de la République, elles présentent 25 propositions fortes et innovantes pour soutenir le développement de cette voie de formation particulièrement performante pour l’insertion professionnelle des jeunes.

Incitations aux entreprises, promotion de l’apprentissage auprès des jeunes, mesures pour la qualité des formations, sécurisation du financement sont les quatre axes de propositions des Régions.

Depuis de nombreuses années les Régions ont placé l’apprentissage au cœur de leurs priorités. Chaque année elles y consacrent plus de 2 milliards d’€.

L’engagement des Régions a permis de faire passer le nombre global d’apprentis de 368 000 en 2004 à 422 000 en 2013. Mais surtout le nombre d’apprentis du supérieur est passé de 63 000 en 2004 à près de 140 000 en 2013.

Face à la baisse du nombre d’apprentis en cette rentrée 2014, les Régions accentuent leur mobilisation. Elles formulent 25 propositions concrètes organisées autour de quatre enjeux majeurs pour soutenir le développement de l’apprentissage:

  1. Développer le recours à l’apprentissage pour les entreprises. Seulement 6% des entreprises ont actuellement recours à l’apprentissage, c’est très insuffisant. Il faut donc simplifier et stabiliser les aides à l’apprentissage pour donner plus de lisibilité aux entreprises. Mais aussi reconnaître la fonction de maître d’apprentissage, développer la prospection des entreprises susceptibles d’embaucher des apprentis par une meilleure coordination des acteurs (Pôle Emploi, branches, missions locales, etc.), et développer l’apprentissage dans le secteur public.
  2. Promouvoir l’apprentissage auprès des jeunes. Il faut enfin inscrire l’apprentissage comme une voie d’orientation d’égale valeur à la voie scolaire! Cela passe notamment par une information systématique de tous les collégiens et lycéens.
  3. Développer un dispositif de formation de qualité au service des jeunes et des entreprises. Les Régions proposent notamment des dispositifs innovants de mixage de parcours et/ou de publics entre les lycées professionnels et les CFA pour proposer à des jeunes ne parvenant pas ou ne souhaitant pas accéder à l’apprentissage dès la seconde de démarrer un bac professionnel sous statut scolaire puis comme apprenti en deuxième ou troisième année. Ces coopérations lycées/CFA permettraient de maîtriser le parcours de formation, comme élève puis comme apprenti, et offriraient à des employeurs l’opportunité de recruter des jeunes disposant déjà d’acquis professionnels.
  4. Veiller à la sécurisation du financement du fonctionnement et des investissements du dispositif Apprentissage. Les Régions proposent notamment d’accentuer la mobilisation du Programme investissement d’avenir (PIA) sur la construction/rénovation des locaux de formation, et de flécher une partie du programme d’investissement de l’Union Européenne  vers la jeunesse et l’éducation et particulièrement les formations en alternance. Les Régions souhaitent enfin garantir une répartition équilibrée et neutre de la taxe d’apprentissage en leur confiant  la répartition des fonds libres du quota de la taxe entre les CFA.

Les Régions invitent l’ensemble des partenaires à soutenir leurs efforts:

    • L’Etat pour faciliter l’accès des jeunes et des entreprises à l’apprentissage
    • Les entreprises pour recruter les apprentis. Même si certaines aides à l’apprentissage ont été réduites, elles demeurent cependant attractives (exonération de cotisations, primes, crédit d’impôt, etc.). En outre, le recrutement d’apprentis ne saurait se réduire à une simple équation financière. Il s’agit avant tout d’un investissement en compétences et d’un engagement sociétal. Les entreprises allemandes qui accueillent chaque année 1,5 millions d’apprentis ont pleinement intégré ces enjeux.

Lire les 25 propositions des Régions pour relancer l’apprentissage

FacebookTwitter