Pour un nouvel acte de décentralisation dans l’Education

« Une rentrée de rupture » : lors d’une conférence de presse jeudi 30 août sur la rentrée scolaire, François Bonneau, Président de la Commission Education de l’ARF et Président de la Région Centre, a détaillé les propositions des Régions pour le nouvel acte de décentralisation dans l’Education.

«  Après l’ignorance et le mépris dont faisait preuve le précédent gouvernement vis-à-vis des collectivités, nous sommes entrés dans une phase nouvelle de co-construction des politiques publiques en matière d’éducation », s’est félicité d’emblée François Bonneau.

En 2011, les Régions ont consacré 43% de leur budget à l’éducation et à la formation.

« Les collectivités portent les politiques d’éducation et de formation à égalité avec l’Etat. Le gouvernement a reconnu cette évolution », a souligné le président de la Région Centre.

François Bonneau, membre du comité de pilotage de la concertation lancée par le ministre de l’Education nationale pour refonder l’école, s’est réjoui que pour la première fois les responsables des collectivités participent à la préparation d’une loi d’orientation et de programmation dans l’Education.

Cette co-construction des politiques éducatives se poursuivra aussi dans le nouvel acte de décentralisation en préparation. A cet égard, François Bonneau a rappelé la volonté des Régions d’une clarification des responsabilités autour de blocs de compétences confiés à chaque collectivité.

Dans l’Education, les Régions réclament de nouvelles responsabilités dans le numérique, l’orientation, la lutte contre le décrochage et la carte des formations.

Face au retard de la France dans l’utilisation du numérique à l’école, les Régions ont  massivement investi dans les équipements (2,7 élèves par ordinateur dans les lycées d’enseignement général et technologique, 2,3 dans les lycées professionnels) comme dans les réseaux (généralisation des ENT dans les lycées). Elles sont aujourd’hui prêtes à prendre en charge la maintenance, sous réserve de compensation financière.

Les Régions entendent également s’investir dans le secteur, absolument majeur, de l’orientation.  Particulièrement bien placées pour assumer cette nouvelle compétence de par leurs responsabilités dans le domaine de l’économie et de la formation, elles proposent la création de Services publics régionaux de l’orientation, afin de mettre en synergie les différents acteurs publics et privés. Au passage, François Bonneau a confirmé la volonté des Régions de maintenir les conseillers d’orientation-psychologues au sein de l’Education nationale et de travailler en concertation avec les centres d’information et d’orientation (CIO) sur les territoires.

Un pilotage régionalisé de l’orientation permettra de lutter plus efficacement contre le décrochage.  Dans ce domaine aussi les Régions entendent jouer un rôle au sein de plates-formes de suivi et d’appui aux décrocheurs.

Les Régions proposent enfin une clarification dans le domaine de la carte des formations. Pour une meilleure répartition des formations sur le territoire, elles souhaitent élaborer chaque année une carte des formations initiales, tant en apprentissage qu’en lycée professionnel, base de discussion avec l’Education nationale.

Globalement, les politiques éducatives doivent être déclinées à l’échelle des territoires, a résumé François Bonneau, plaidant une contractualisation entre Régions et rectorats.

Télécharger le dossier de presse :

 Dossier_presse

Annexe_1

ARF8638_Dossier_presse_Annexe_2_Lexique

FacebookTwitter